• Cc bonne journée à vous

  • Tu et très sexy

  • Fredericlov
    Fredericlov

    Pv ma belle

  • cc bsr

  • coucou je trouve toi belle

  • slt

  • Anonyme

    passe au privé je t'attend

  • Anonyme

    hummmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

  • bonjour

  • Coucou, on discute en pv? ;)

  • salut cv .je suis un algerien et je veux du sex avec toi . viens au prive svp bb .

  • Anonyme

    Salut toi

  • Anonyme

    Sublime

  • Ma jolie petite Paula, je t’imagine dans une petite robe d’été, posée sur un transat à prendre un délicieux bain de soleil, amoureusement je t’apporte une boisson rafraîchissante.
    En coquin amoureux que je suis, j’entrevois, subrepticement ta poitrine désirable par-dessus ton col échancré, elle m’anime d’un désir farouche et non refreiné.
    Toi tu feints l’ignorance en petite malicieuse de rendre ton homme fou de désirs. Résolu d’assouvir cette envie farouche et animal, je me mets à genoux à côté de toi, je t’embrasse amoureusement dans le cou, pendant que ma main droite caresse ton genou, nous nous prenons d’un de ces baisers fougueux dont nous avons le secret.
    Ma main se faisant plus désireuse sans jamais oublier d’être douce et légère, remonte ta robe pour ce posé délicatement sur tes chevilles, je vais au bout de toi et enlève tes chaussures d’été.
    Je commence à embrasser sensuellement tes petits pieds que j’imagine acrobates à caresser ma verge gonflée de désir pour toi ; puis tu te tournes et te couches sur le ventre le visage fardé d’un sourire malicieux d’être l’instigatrice de cette faim de toi ; tes petites fesses rebondies, sous ta tenue légère me paraissent tel un appel à l’amour, mon érection ne se fait plus discrète et s’offre à ton regard sous mon pantalon bosselé semblant avoir perdu deux tailles tellement je m’y sens soudainement à l’étroit.
    Je remonte doucement ce qui te sert encore à me dissimuler l’objet de mes désirs les plus fous, je caresse à présent tes chevilles tout en frôlant de mes lèvres le creux poplité de tes jambes, juste là derrière tes genoux ; des petits papillons mènes une dance frénétique en ton bas ventre au moment même où ma main droite se faufile entre tes cuisses, tu les écartes légèrement, comme une invitation à ne pas arrêter en si bon chemin, alors j’en frôle l’intérieur du bout de mes dix doigts si doux.
    Je sens ton souffle se faire de plus en plus désireux de ne pas m’arrêter là, je remonte délicatement ta robe au-dessus de ta taille, laissant apparaître le magnifique string que tu as mis plus tôt dans la matinée en prémices de ce plan diabolique me conduisant au désir animal de toi. Cela semble tellement bien orchestré que l’alibi de se dessous fantasmant couvert de dentelle semble être uniquement destiné à ce que la légère transparence de ton habit se fasse discrète, telle une coquetterie féminine dont toi seule a le secret, signe distinctif des femmes de classe et de gouts.
    Tes fesses en appellent à présent a mon désir fougueux, mais je me retiens vaillamment, et prends le temps d’y déposer de doux baisers voluptueux, tu les dodelines de plaisir, de mes deux mains je les écarte légèrement, y glisse ma langue avec un plaisir certain, elle en frôle a présent l’intérieur, tu te surprends à des plaisirs insoupçonnés.
    Ton humidité commence à naître, et inonde sans retenue aucune, ton sous-vêtement que je lèche délicatement, je me remplis d’un sentiment honteux mêlé à l’envie de gouter ce nectar, pour moi seul aphrodisiaque, comme pour ne pas perdre une seule goûte de ta semence délicieuse. Je l’écarte doucement et parcours à présent de ma langue l’extérieur de tes lèvres sans jamais les toucher, ma main gauche caressant ta cuisse tandis que ma main droite, d’un geste doux fais des petits ronds le long de ton sexe abondamment humide de ma salive, celle-là même que je viens amoureusement de déposer et qui se mêle à ta cyprine enivrante.
    Tu commences à gindre de plaisir, mes narines s’enivrent du parfum délicieux de ta jouissance non retenue, je baisse alors ta petite culotte tout humide, me pose, de par derrière toi entre tes jambes écartées, ma langue pénètre d’abord et plus intensément que tout à l’heure l’intérieur de tes fesses rebondies, à présent et grâce à ma délicatesse, cela ne te fait plus peur, tu te familiarises de se plaisir nouveau, puis te repositionne sur le dos, comme une invitation a goûté plus intensément ton sexe tout chaud de désir.
    Le bout de tes seins c’est endurci, tu enlèves à présent ta robe, ma main gauche dont je viens d’humidifier la paume de ma salive joue avec le téton de ton sein droit, tandis que mon autre main fait ressortir ton clitoris, ma langue commence par le frôler puis pénètre sa cavité, tu gémis de plaisir, je la descends le long de ton vagin.
    Tu es tellement déboussolée, prise d’un frisson immense, que tu laisses à présent mon doigt pénétrer millimètre par millimètre l’intérieur de ton sexe en même temps que ma langue durcis appui sur ton clitoris, soudain tu te débats, tu es prise de tremblement, tu as peur de venir dans ma bouche, mais cela me motive d’avantage soudain je te sens partir en moi, tu m’arrête n’en pouvant plus
    Comme tu es prise d’un plaisir que tu ne sais plus contenir tes mains repoussent ma têtes alors même que tu gémies que tu te tortilles de toute part. Pris d’un désir encore plus farouche de faire de toi mon objet de désir répondant a tous mes fantasmes, je prends en main, ton foulard laissé par terre, puis je te positionne à genoux en esclave de tous mes désirs, et m’en sert pour t’attacher les mains.
    Tes fesses rondes sont alors offerte à mon appétit vorace, je commence par les serrer fort puis les griffer lentement, ce qui te fait frissonner, je vois le bout de tes seins se durcir et pointant vers le sol, cela m’excite encore plus, alors j’écarte tes fesses au maximum puis en dévore l’intérieur tel un vorace mort de faim, je t’entends poussé des petits cris alors je te demande « tu aimes que je te bouffe le cul ma chérie ? » alors tu me réponds avec surprise « oh oui mon amour j’aime être ta petite salope à toi » cela me rends fou et je commence à te mettre de petites fessées timides, tu me cris « plus fort !! » alors je les gifles frénétiquement jusqu’à ce qu’elles deviennent rouge écarlates ensuite je me déplace devant toi et prends ton visage a deux mains pour mettre ma verge dans ta bouche, tu la suce goulument de tout son long, tu baves dessus pour quelles soit dégoulinante d’humidité, alors je te dis amoureusement et vulgairement « toi tu la veux dans le cul ma petite salope a moi ? » je te vois sourire et me répondre « oh oui ! Défonce moi chéri, je suis à toi »
    Je retourne par derrière toi et crache toute ma salive sur ton anus grand ouvert en offrande à ma verge toute chaude et gonflé d’envie de toi. Je commence à la rentrer doucement puis je fais de longs et délicats vas et viens pendant que tu cris de plus en plus fort alors je commence a te pilonner comme un fou, une main serrant fort ton petit sein tout dur et l’autre te mettant à nouveau une de ces fessée qui claque dans l’air, maintenant tu hurles ton sexe commence à couler de tout part cela m’excite encore plus. Soudain je te retourne …….suite au prochain numéro

  • coucou, si tu veut faire connaissance pour du sérieu hésite pas a me laisser un petit coucou, pas souvent connecté mais parfois je fait des exeptions^^ a bientot peut etre sinon reste comme tu est et surtout prend soin de toi bisous

  • bonsoir je vous ai envoyé un mp vous y avez même pas repondu

  • salut belle rose comment vas tu ?

  • slt